Huffington Post France http://www.huffingtonpost.fr/inna-shevchenko/comment-la-gauche-regressive-est-devenue-un-echo-de-lislamisme/

 

Il y a un an, un gang de fascistes islamistes a pris des kalachnikovs, s’est muni de ceinture explosives et a commis plusieurs attentats à Paris et Saint-Denis la nuit du 13 novembre. Des supporters au Stade de France, des amateurs de musique au Bataclan, des jeunes attablés dans des bars parisiens ont été pris pour cible en une nuit par l’autoproclamé État Islamique. Après avoir tué 133 personnes et blessé plusieurs centaines d’autres, les terroristes se sont lâchement fait exploser, laissant la France en deuil et en quête désespérée d’un remède face à la propagande terroriste.

Ce premier anniversaire doit être marqué par un hommage unanime pour toutes celles et ceux qui sont tombés sous la barbarie des fanatiques de l’État Islamique pour avoir mené une vie libre, dansé, chanté, bu, pour s’être disputés dans des débats enflammés à la terrasse d’un café en cette nuit du 13 novembre. L’hommage aux victimes ne sera pas suffisant, aussi grand sera-t-il, car il ne remplacera pas la perte de ces personnes. Néanmoins, cet hommage est indispensable, pour les victimes, mais aussi pour les idéaux qu’elles représentent. La laïcité, la liberté d’expression, la liberté de conscience, la mixité, sont menacées en France et partout dans le monde actuellement. L’assassinat de citoyens français par l’État Islamique a précédé la tentative d’assassinat des meilleures valeurs françaises, aussi bien par l’extrême-droite que par une certaine partie de la gauche.

Les populistes d’extrême-droite du Front National, tristement célèbres à l’international, comme des politiciens du groupe Les Républicains, attaquent la laïcité en se l’appropriant pour la vider de son sens, en diffusant des discours clivant et en proposant des lois à caractère dictatorial, comme l’interdiction du burkini. Ces politiciens sont adeptes des discours xénophobes à l’encontre des musulmans, et voient les musulmans comme un bloc homogène, comme s’il y avait une seule façon d’être musulman. L’extrême-droite française a également attaqué les principes de mixité et d’indivisibilité de la France, en pointant du doigt les réfugiés par rapport à leurs origines et à leur supposée religion musulmane. En faisant cela, elle a contribué au plan de l’Etat Islamique, qui est de créer une fracture entre non-musulmans et musulmans, pour que ces derniers rejoignent le Califat. L’extrême-droite française partage énormément d’idées avec le Président Américain fasciste nouvellement élu, Donald Trump, qu’elle met dans un emballage soi-disant laïc, démocrate et républicain.

Comme les États-Unis, il est aujourd’hui probable que la France aussi soit dirigée par son clown néo-fasciste local, Marine Le Pen. Cela peut éventuellement arriver si les idées, les valeurs et les principes qui ont été attaqués le 13 novembre continuent d’être déformés, négligés et oubliés.

Alors que les attaques du Front National sur nos valeurs de liberté ne devraient surprendre personne – il suffit d’étudier l’histoire de ce parti qui s’est bâti sur les divisions et les discriminations – la position de certains gauchistes devrait nous faire bondir. Cette vague autour de cette “gauche régressive” s’introduit insidieusement dans nos débats en trahissant les valeurs et les principes que représentent les victimes du 13 novembre. Cette gauche régressive est représentée par des politiciens, des médias, et même parfois, ce qui me heurte encore plus, par des féministes. Ces personnes veulent déformer la laïcité pour la remplacer en son cœur par l’identité exaltée de chacun. Cette gauche régressive a cessé d’être un porte-voix de l’humanisme pour devenir un écho de l’islamisme. Elle refuse de reconnaître la radicalisation de certains musulmans et surtout de se battre contre l’islamisme qui tue ses concitoyens. Cette attitude est parfois motivée par la peur d’être associé à l’extrême-droite, parfois par une culpabilisation occidentale qui les réduit au silence, qui est toujours complice, ou même parfois par une collaboration directe avec des organisations islamistes françaises.

La gauche régressive, comme l’extrême-droite, commet une autre attaque envers nos valeurs qui ne doit pas être pardonnée. Elle devient un obstacle majeur à la liberté d’expression en France, certainement la valeur que j’apprécie le plus dans mon pays d’accueil. Ces deux gangs, fasciste et gauchiste, veulent mettre sous silence les voix progressives des libéraux, humanistes, ex-musulmans ou musulmans, qui refusent la politique identitaire. Le résultat est catastrophique : nous perdons une des valeurs d’émancipation de la société, qui est de pouvoir critiquer ou rire de toute autorité, religieuse ou politique.

Nous sommes donc empêtrés, un an après l’horreur, dans de vicieux débats politiques qui mêlent confusion et manipulations autour de l’identité supposée de chacun. Les débats publics de fond, autour de l’idéologie islamiste, sont rares, étant donné les menaces et la sur-représentation des identitaires de gauche et de droite dans le paysage médiatique. Cela tend à faire croire que les attentats sont commis soit par des fous isolés de tous réseaux djihadistes, soit par n’importe quel musulman. Je crois pour ma part qu’il y a plus de mauvaises idées que de mauvaises personnes. Les mauvaises idées sont dangereuses car elles peuvent conduire des bonnes personnes à commettre l’horreur.

Inna Shevchenko

Leave a Reply

Be the First to Comment!